lieutenant


lieutenant

lieutenant [ ljøt(ə)nɑ̃ ] n. m.
luetenant 1287; de 1. lieu et tenant, proprt « tenant lieu de »
1Personne qui est directement sous les ordres du chef et le remplace éventuellement. Les lieutenants d'Alexandre, de César. Chef d'entreprise qui a de bons lieutenants. adjoint, second.
2Hist. Lieutenant général du royaume : personnage investi à titre exceptionnel de l'autorité du roi. — Ancien officier de justice. Les lieutenants généraux (lieutenant civil, lieutenant criminel) pouvaient être assistés de lieutenants particuliers.
3(1478) Milit. Anciennt Officier sous l'Ancien Régime. Lieutenant général : officier qui commandait sous les ordres d'un général.
4Cour. Officier subalterne des armées de terre et de l'air dont le grade est immédiatement au-dessous de celui de capitaine, et qui commande ordinairement une section. Le lieutenant a deux galons. Femme lieutenant. lieutenante. On dit « mon lieutenant » aux lieutenants, sous-lieutenants et aspirants.
5Mar. Premier grade des officiers de pont dans la marine marchande. Lieutenant de vaisseau : officier subalterne de la Marine nationale dont le grade correspond à celui de capitaine des armées.

lieutenant nom masculin (de lieu et tenant, tenant lieu de) Celui qui vient immédiatement après le chef et le seconde : Le chef de la bande et ses deux lieutenants étaient dans le box des accusés. Grade de la hiérarchie des officiers des armées de terre et de l'air précédant celui de capitaine (en France, le grade de lieutenant se distingue par deux galons) ; officier subalterne détenant ce grade. Histoire Sous l'Ancien Régime, officier de justice qui secondait ou suppléait un autre officier. ● lieutenant (difficultés) nom masculin (de lieu et tenant, tenant lieu de) Orthographe On écrit sans trait d'union : lieutenant de vaisseau (plur. des lieutenants de vaisseau) ainsi que lieutenant général du royaume, lieutenant civil, lieutenant criminel (noms de charges ou de fonctions sous l'Ancien Régime) ; avec un trait d'union, lieutenant-colonel (plur. : des lieutenants-colonels). ● lieutenant (expressions) nom masculin (de lieu et tenant, tenant lieu de) Lieutenant civil, à partir du XIVe s., magistrat délégué par le prévôt de Paris pour juger les affaires civiles au Grand Châtelet. Lieutenant criminel, à partir du XIVe s., magistrat délégué par le prévôt de Paris pour juger les affaires criminelles au Grand Châtelet. Lieutenant général, officier général dans l'armée d'Ancien Régime (grade correspondant à celui de général de division actuel) ; suppléant du gouverneur d'une province ; suppléant du bailli, ou sénéchal (désigné parfois sous le nom de juge-mage). Lieutenant général de police, magistrat créé en 1667 par Louis XIV pour veiller à la sûreté de la Ville de Paris. (Le premier titulaire fut N. de La Reynie [1667-1697].) Lieutenant général du royaume, titre donné dans des moments difficiles à un prince français et conférant le commandement général du royaume. (Il fut attribué au duc François de Guise en 1557, à Antoine de Bourbon en 1561, au duc Henri de Guise en 1588, au duc de Mayenne en 1589, à Gaston d'Orléans pendant la minorité de Louis XIV, au comte d'Artois en 1814, à Louis-Philippe en 1830.) Lieutenant du roi, sous l'Ancien Régime, gouverneur d'une ville importante, d'une forteresse ou d'un port et qui ne relevait que du roi. Lieutenant général de l'amirauté, juge qui présidait les tribunaux d'amirauté sous l'Ancien Régime. Lieutenant général des armées navales, dans la marine de l'Ancien Régime, officier général de rang supérieur à celui de chef d'escadre et inférieur à celui de vice-amiral. Lieutenant général des galères, officier général qui commandait les galères sous l'autorité, souvent purement nominale, du général des galères. Lieutenant de police, officier de police du premier grade au sein du corps de commandement et d'encadrement de la police nationale. Lieutenant de vaisseau, grade des officiers de l'armée de mer, créé en 1640, et correspondant à celui de capitaine des armées de terre et de l'air. Premier lieutenant, en Suisse, officier dont le grade se situe entre celui de lieutenant et celui de capitaine. ● lieutenant (synonymes) nom masculin (de lieu et tenant, tenant lieu de) Celui qui vient immédiatement après le chef et le seconde
Synonymes :
- bras droit

lieutenant
n. m.
d1./d Personne directement sous les ordres d'un chef et qui peut éventuellement le remplacer. Labienus fut l'un des lieutenants de César.
d2./d Officier dans les armées de terre et de l'air, d'un grade intermédiaire entre celui de capitaine et celui de sous-lieutenant.
|| Lieutenant de vaisseau: officier de marine, dont le grade correspond à celui de capitaine dans les armées de terre et de l'air.
|| (Suisse) Sous-lieutenant.
Premier lieutenant: lieutenant (sens 2).

⇒LIEUTENANT, subst. masc.
A. — Celui qui tient la place du chef de guerre en l'absence de celui-ci ou le seconde ordinairement. Bon lieutenant; beau, intrépide, jeune lieutenant. Une chose me frappe qui pourrait être la matière d'une belle page. C'est la solitude inouïe de Napoléon. Sans doute il fut secondé par ses lieutenants, parfois d'une manière admirable (BLOY, Journal, 1902, p. 117). Le grand maître n'avait avec lui que 150 chevaliers. En vain son propre lieutenant, le maréchal du Temple Jacques de Mailly, essaya-t-il de lui montrer son imprudence (GROUSSET, Croisades, 1939, p. 240) :
1. Le consul P. Cassius, qui vint ensuite défendre la province, fut tué; Scaurus son lieutenant, fut pris, et l'armée passa sous le joug des Helvètes, non loin du lac de Genève.
MICHELET, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 155.
B. — Celui qui est subordonné au capitaine ou qui avait autrefois le second rang dans le grade ou le commandement.
1. ARMÉES DE TERRE ET DE L'AIR. Officier ayant le grade immédiatement inférieur à celui de capitaine. Lieutenant d'artillerie, de cavalerie, du génie. Marescot venait d'être proposé par sa compagnie pour le grade de lieutenant (...). Il n'avait pas l'idée d'accepter, (...) mais Lisbeth ne lui laissait plus une minute de repos; elle voulait être dame d'officier (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 268). Il peut arriver en effet qu'un sous-lieutenant ou lieutenant venant du rang et nouvellement promu ait une solde de base inférieure à celle qu'il aurait eue comme adjudant-chef ou aspirant ancien (LUBRANO-LAVADERA, Législ. et admin. milit., 1954, p. 264) :
2. Le lieutenant, commandant la compagnie, (...) était un très jeune officier, ruisselant aux yeux de Wazemmes de toutes les sortes de prestiges, le comte Voisenon de Pelleriès, Saint-Cyrien de la promotion 14, un de ceux qui étaient entrés dans la guerre avant d'entrer à l'École...
ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 274.
SYNT. Lieutenant de gendarmerie, d'infanterie; lieutenant de cuirassiers, de dragons, de hussards; lieutenant du régiment; lieutenant de réserve.
Région. (Suisse). Premier grade de la hiérarchie des officiers. On nous dispensera de donner le détail de ce palmarès (...), où l'on voit le simple tringlot [Guisan] devenir lieutenant, capitaine, major, lieutenant-colonel, (...) général (B. VALLOTON, Cœur à cœur, Lausanne, 1950, p. 37).
2. MARINE
a) MAR. MARCHANDE
Officier de pont ayant le premier grade. Lieutenant au long cours; lieutenant au cabotage. Puis, il alla sur la passerelle et frappa sur l'épaule du troisième lieutenant (PEISSON, Parti Liverpool, 1932, p. 215) :
3. Pour les officiers de pont, il existe également deux brevets de niveau moins élevé que les précédents, à savoir ceux de : — « capitaine de la marine marchande », et de « lieutenant au cabotage ». (...) les « lieutenants au cabotage » ne peuvent être que deuxièmes lieutenants sur les navires au cabotage entre 1 000 et 5 500 tonneaux.
M. BENOIST, PETTIER, Transp. mar., 1961, p. 147.
Lieutenant de port. Officier de port exerçant la police administrative dans un port de commerce, soit seul dans un port secondaire, soit sous les ordres d'un capitaine de port. (Ds LITTRÉ, Lar. 19e-Lar. encyclop., QUILLET 1965).
b) MAR. NAT. [Dans la hiérarchie du corps des officiers de marine et des ingénieurs mécaniciens] Lieutenant de vaisseau. Officier subalterne qui a le grade le plus élevé, immédiatement inférieur à celui du capitaine de corvette (mais correspondant au grade de capitaine de l'armée de terre) et qui reçoit l'appellation de capitaine (ou de commandant s'il commande seul à bord en l'absence du capitaine). En l'année 1868, l'enseigne Robert de La Pave (...) passait lieutenant de vaisseau (FEUILLET, Veuve, 1884, p. 1). C'est la méthode inaugurée par le lieutenant de vaisseau Hébert à l'école des fusiliers marins quelques années avant la guerre (Arts et litt., 1935, p. 44-5).
3. HISTOIRE
a) ,,Lieutenant de roi, commandant d'armes, Celui qui commandait en l'absence du gouverneur, dans une place de guerre`` (Ac. 1878, 1935). Ils prêtèrent serment de lui obéir comme au lieutenant du roi, de l'assister et de s'entendre avec lui pour la garde, la conservation et la défense de la ville (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 278).
b) Lieutenant général (des armées) (du roi). Officier qui avait le second grade dans une armée, grade correspondant de nos jours à celui de général de division. Je suis lieutenant-général des armées du Roi, et j'ai soixante-seize ans (SÉNAC DE MEILHAN, Émigré, 1797, p. 1662). Sa fille Marie-Louise a épousé Adrien-Charles de Gramont, fils du duc Louis de Gramont, pair de France, colonel des gardes françaises et lieutenant général des armées (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 46) :
4. ... au poste de la 23e compagnie du 1er bataillon du 1er de la garde nationale, se trouvaient l'amiral de Rigny et le lieutenant-général Alexandre de Girardin, ex-premier veneur, portant les épaulettes de simples chasseurs. Alexandre de Girardin est le premier lieutenant-général qui ait donné cet exemple. Lafayette l'a félicité...
MORIENVAL, Créateurs gde presse, 1934, p. 34.
C. — P. anal. Celui qui est le second de quelqu'un à qui il est tout dévoué; auxiliaire de quelqu'un; disciple. Sir Williams s'enveloppa dans son manteau, cacha soigneusement son visage, et tendit la main à son lieutenant — Adieu, canaille! dit-il en souriant (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 2, 1859, p. 62). Elle [la mère Agnès] eut dans une nièce (...), dans la mère Angélique de Saint-Jean, un lieutenant énergique qui lui prêta de la force dans les sièges et les blocus qu'on eut à soutenir durant plusieurs années (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t. 14, 1851-62, p. 152) :
5. Quand Stanley expliqua à la Chambre des Lords son refus de former un ministère, il fit un brillant parallèle entre la nullité de son propre parti et l'éclat du petit groupe peelite (de Robert Peel). Il n'était pas toujours facile d'être le lieutenant de Lord Stanley.
MAUROIS, Disraëli, 1927, p. 203.
Lieutenant de Dieu. Elle ne dissimulait pas la crainte que lui inspirait son directeur, non pas par lui-même, mais comme lieutenant de Dieu auprès d'elle (MONTALEMBERT, Ste Élisabeth, 1836, p. 236). Samson le fort était le lieutenant de Dieu et gouverna Israël durant vingt ans (HUGO, Rhin, 1842, p. 327).
D. — HIST. (Ancien Régime).
1. Lieutenant général du royaume. Celui qui était investi, dans certaines circonstances exceptionnelles, du pouvoir suprême et remplissait les fonctions du roi lorsque celui-ci n'y était pas apte, ou lorsqu'il était prisonnier. La partie du parlement qui siégeait à Paris fit, les chambres assemblées, des remontrances au lieutenant général du royaume, duc de Mayenne, pour qu'il eût à veiller au maintien des lois fondamentales de la monarchie, et spécialement de la loi salique (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 58). Le roi [Charles X], retiré à Rambouillet, abdiqua en faveur de son petit-fils le duc de Bordeaux, et nomma le duc d'Orléans lieutenant-général du royaume (BAINVILLE, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 163).
2. Lieutenant général (de province). Auxiliaire placé près du gouverneur de province afin de limiter l'importance de celui-ci. Paoli (...) fut présenté à Louis XVI par le marquis de La Fayette, nommé lieutenant général et commandant militaire de la Corse (CHATEAUBR., Mém., t. 2, 1848, p. 309). Jean-Baptiste d'Ornano qui vient d'être nommé Lieutenant général de Normandie à la place du duc de Longueville en fuite avec les partisans de la Reine Mère, et qui vient de recevoir au mois de juillet le roi Louis XIII à Rouen (BRASILLACH, Corneille, 1938, p. 36).
3. Officier de judicature remplaçant le premier officier du siège titulaire de la charge. Lieutenant de bailliage; lieutenant du prévôt. Les magistrats chargés de veiller sur l'ordre public tels que le lieutenant criminel, le lieutenant civil, le lieutenant de police, et tant d'autres, finissent presque toujours par avoir une opinion horrible de la société. Ils croient connaître les hommes et n'en connaissent que le rebut. On ne juge pas d'une ville par ses égouts et d'une maison par ses latrines (CHAMFORT, Max. et pens., 1794, p. 46).
a) Lieutenant civil (de la prévôté et vicomté de Paris, du Châtelet). Officier qui ,,tenait la chambre civile et jugeait les affaires sommaires sur un rapport appelé référé; il avait dirigé la police jusqu'au moment de la création du lieutenant général de police (...) et il était conservateur des privilèges de l'université de Paris`` (MARION Instit. 1923). Le 30 mars 1656, un grand coup fut porté. Le lieutenant-civil Daubray, nous l'avons vu, vint s'assurer que l'école des Granges était dispersée, selon l'ordre du Roi; il visita également le château des Trous et le Chesnai (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 3, 1848, p. 406) :
6. Une Sœur : Mais d'où sortent ces hommes? (...) Entrent le Lieutenant civil (à peu près notre Préfet de Police), le Chevalier du Guet, le Prévôt de l'Ile, quatre commissaires, vingt exempts de police et quelques officiers et sous-officiers de la compagnie d'archers.
MONTHERL., Port-Royal, 1954, p. 1022.
b) Lieutenant criminel. Magistrat établi dans un siège royal qui connaissait des procès criminels :
7. Mais que le procureur du roi et le lieutenant criminel du Châtelet m'aient poursuivi d'office, ou plutôt que, pour avoir tancé le procureur du roi, il se soit érigé en juge dans sa propre cause, qu'il ait sollicité un décret de prise-de-corps, et que le lieutenant criminel l'ait décerné, cela peut-il se concevoir?
MARAT, Pamphlets, Appel à la Nation, 1790, p. 133.
4. Lieutenant (général) de police. Magistrat dont la fonction fut créée à la fin du XVIIIe siècle et qui avait pour mission de veiller à la sécurité de Paris et de connaître des délits et contraventions de police, et qui exista ensuite dans les principales villes du royaume. La Justice d'aujourd'hui ne s'en mêle pas; mais autrefois le Parlement eût peut-être mandé le lieutenant de police (BALZAC, Hist. Treize, 1833, préf., p. 14). Tapin : (...) Connais-tu cette signature? L'hôtelier : Voyer d'Argenson! Tapin : Lieutenant général de la police du royaume (DUMAS père, Fille du régent, 1846, II, 7, p. 191).
REM. -lieutenant, élém. de compos. Premier-lieutenant, subst. masc. Région. (Suisse). Officier dont le grade se situe entre celui de lieutenant et celui de capitaine. Un homme est accouru, à bout de souffle, a pris position : « Mon premier-lieutenant (...) » (RAMUZ, Journal, Lausanne, éd. Rencontre, 1968 [1914], p. 239).
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1260 « celui qui est immédiatement au-dessous d'un chef, qu'il supplée en certains cas » (E. BOILEAU, Métiers, 91 ds T.-L.); b) ca 1470 lieutenant général « celui à qui le souverain délègue dans certains cas une part de son autorité » (CHASTELLAIN, Chronique, éd. Kervyn de Lettenhove, t. 5, p. 94, titre); 1538 « officier qui préside le tribunal d'une sénéchaussée à la place du sénéchal » (EST.); 1549 lieutenant civil, lieutenant criminel (EST.); 2. 1478 lieutenant général de l'artillerie (J. GARNIER, L'Artillerie des ducs de Bourgogne, 201). Composé de lieu et de tenant, part. prés. de tenir. Fréq. abs. littér. : 1 980. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 2 780, b) 2 818; XXe s. : a) 2 742, b) 2 888. Bbg. DARM. Vie 1932, p. 42. - LEW. 1968, p. 19. - QUEM. DDL t. 19. - ROMMEL 1954, p. 55.

lieutenant [ljøtnɑ̃] n. m.
ÉTYM. 1260, luetenant; d'abord t. admin.; grade militaire, 1478; de lieu, et tenant, proprt « tenant lieu de ».
1 Personne (en général, homme) qui est directement sous les ordres du chef et le remplace éventuellement. || Les lieutenants d'Alexandre, de César.Chef d'entreprise qui a de bons lieutenants. Adjoint, second. || Elle est son lieutenant. Lieutenante (2.).
2 Anciennt. Dr. et hist. || Lieutenant général du royaume : personnage investi à titre exceptionnel de l'autorité du roi, pour l'aider ou le remplacer.
1 Henri II déclare le duc de Guise vice-roi de France, sous le nom de lieutenant général du royaume. Il était en cette qualité au-dessus du connétable.
Voltaire, Essai sur les mœurs, CLXIII.
2 (…) on avait nommé le duc d'Orléans lieutenant général du royaume (…)
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. V, p. 238.
Lieutenant général du roi, placé avec des pouvoirs militaires auprès du gouverneur d'une province.
Officier de justice. || « Les lieutenants généraux (lieutenant civil, chargé de la justice civile; lieutenant criminel, chargé de la justice criminelle) pouvaient être assistés de lieutenants particuliers » (Lepointe). || Lieutenant général de police : magistrat chargé de la police à Paris et dans les grandes villes.
3 Les magistrats chargés de veiller sur l'ordre public, tels que le lieutenant criminel, le lieutenant civil, le lieutenant de police, et tant d'autres, finissent presque toujours par avoir une opinion horrible de la société. Ils croient connaître les hommes et n'en connaissent que le rebut. On ne juge pas d'une ville par ses égouts.
Chamfort, Maximes et Pensées, Sur l'homme et la société, XXXIII.
Lieutenant de louveterie.
3 (1478). Milit. Anciennt. « Se dit de plusieurs officiers qui servent en différentes qualités » (Furetière). || Lieutenant général : officier qui commandait sous les ordres d'un général ( 2. Général, I., 4., rem.).
4 Enfin le roi régla, pour l'utilité de son service, que les maréchaux de France s'obéiraient les uns aux autres par ancienneté, tellement que ces maréchaux en second n'étaient proprement à l'armée que des lieutenants généraux qui ne roulaient point avec les autres.
Saint-Simon, Mémoires, I, IV.
4 Mod. || Lieutenant : officier dont le grade est immédiatement au-dessous de celui de capitaine, et qui commande ordinairement une section (→ Chef de section). || Le lieutenant a deux galons. || Lieutenant de cavalerie, d'infanterie. || Lieutenant commandant par intérim (cit. 1) une compagnie. || Mon lieutenant (→ Étouffer, cit. 13).REM. On dit aussi « Mon lieutenant » aux sous-lieutenants et aspirants de toutes armes et aux adjudants et adjudants-chefs de cavalerie, d'artillerie. — Lieutenant instructeur.Abrév. fam. (1960, in D. D. L.) : lieute, lieut [ljøt].
5 Si Bonaparte fût resté lieutenant d'artillerie, il serait encore sur le trône.
Roger Ballu, Dessins du siècle (paroles de Monsieur Prudhomme).
6 Il était lieutenant de réserve : il faisait des cours aux sous-officiers de réserve sur l'école de section et le combat de groupe.
P. Nizan, le Cheval de Troie, I, II.
5 Mar. Premier grade des officiers de pont dans la marine marchande. || Lieutenant au long cours.Mar. milit. || Lieutenant de vaisseau : officier de la Marine nationale dont le grade correspond à celui de capitaine dans l'armée (→ Front, cit. 39). || Le lieutenant de vaisseau qui ne commande pas un bâtiment est appelé capitaine.Lieutenant de port : lieutenant de vaisseau ou capitaine au long cours en retraite (adjoint au capitaine de port).
DÉR. et COMP. Lieutenance, lieutenant-colonel, lieutenante, premier-lieutenant, sous-lieutenant.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Lieutenant — (abbreviated Lt. or Lieut.) is a military, naval, paramilitary, fire service, emergency medical services or police officer rank.Lieutenant may also appear as part of a title used in various other organizations with a codified command structure.… …   Wikipedia

  • lieutenant — Lieutenant. s. m. Officier qui est immediatement sous un autre Officier en chef, & qui tient son lieu en son absence. Gouverneur & Lieutenant General pour le Roy dans la province de &c. Lieutenant de Roy de Languedoc. Lieutenant de Roy de la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Lieutenant — Lieu*ten ant (l[ u]*t[e^]n ant), n. [F., fr. lieu place + tenant holding, p. pr. of tenir to hold, L. tenere. See {Lieu}, and {Tenant}, and cf. {Locum tenens}.] 1. An officer who supplies the place of a superior in his absence; a representative… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • lieutenant — [lo͞o ten′ənt; ] Brit & Cdn [ lef ten′ənt] n. [ME lutenand, luftenand < MFr < lieu (see LIEU) + tenant, holding, prp. of tenir, to hold < L tenere, to hold: see THIN] 1. a person who acts for a superior, as during the latter s absence;… …   English World dictionary

  • Lieutenant — (frz. [ljøtˈnɑ̃], engl. [lɛfˈtɛnənt] (BE) oder auch [luːˈtɛnənt] (AE)) bezeichnet im französischen Wortsinne (lieu + tenant): Statthalter im englisch und französischsprachigen Raum einen militärischen Dienstgrad, in den Landstreitkräften… …   Deutsch Wikipedia

  • lieutenant — ► NOUN 1) a deputy or substitute acting for a superior. 2) a rank of officer in the British army, above second lieutenant and below captain. 3) a rank of officer in the navy, above sub lieutenant and below lieutenant commander. DERIVATIVES… …   English terms dictionary

  • Lieutenant — (v. fr., spr. Liöht nang), im Deutschen gewöhnlich Leutnant gesprochen; 1) Stellvertreter von Jemand, bes. wenn derselbe eine öffentliche Function bekleidet; so: L. du roi, Stellvertreter des Königs; früher in den französischen Provinzen die mit… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Lieutenant — Lieutenant, s. Leutnant …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Lieutenant — Lieutenant, s. Leutnant …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Lieutenant — (liöhtʼnang), Stellvertreter, der unterste Offiziersrang …   Herders Conversations-Lexikon